Cinq vérifications à faire avant de choisir votre entrepreneur en construction

Posté le décembre 19, 2017 par Luc Gendron - Aide mémoire

Tous les clients recherchent la satisfaction d’avoir mené les travaux à terme, dans le respect de leur budget et dans un temps raisonnable.

Choisir le bon entrepreneur est un défi de taille pour bon nombre de gens : vous voulez payer le moins cher possible tout en vous assurant que les travaux soient effectués selon vos exigences.

Vous êtes prêts à faire exécuter les travaux, après un processus long et rigoureux de planification de votre projet de rénovation / construction. Comme tout le monde, vous êtes impatients de couper le ruban après la réalisation des travaux, avec la tranquillité d’esprit, parce que les travaux auront été effectués par des professionnels reconnus et certifiés. Pour y arriver, êtes-vous prêts à poser les meilleures questions pour choisir le bon entrepreneur ?

Faites-vous entièrement confiance à votre entrepreneur pour arriver à atteindre vos exigences? Avez-vous réfléchi à tous les détails : la précision du travail, la durabilité, les délais, sont-ils conformes à ce que vous voulez ? Êtes-vous bien protégé en cas de sinistre au cours des travaux? Plusieurs questions qui méritent des réponses claires.

Voici 5 vérifications à faire afin de choisir un entrepreneur compétent pour exécuter vos travaux.

1. Vérifiez que l’entrepreneur général ou spécialisé avec qui vous faites affaire détient une licence de la Régie du Bâtiment du Québec (RBQ).

Si votre entrepreneur ne répond pas à ce critère de base, puisqu’il s’agit d’un permis d’exercer le métier, nous vous encourageons à chercher un remplaçant. Les histoires d’horreur de clients ne sont pas rares dans notre industrie. Vous n’êtes pas à l’abri de travaux mal effectués, en dehors de l’échéance entendue, en dépassement de coûts. Un entrepreneur qui n’a pas obtenu son accréditation RBQ peut se retirer des travaux à tout moment sans les avoir terminés, et vous n’aurez que la poursuite civile comme recours. Vous devrez à ce moment avoir recours au service d’un avocat, et rien ne garantit que les travaux soient exécutés. Sans parler des frais juridiques associés au recouvrement de la somme octroyée pour les travaux mal exécutés.

Dans l’industrie non certifiée, le cas typique est celui de l’« entrepreneur » qui demande une somme importante en argent comptant pour commencer les travaux et qui part avec la somme sans jamais les exécuter. Vous avez sans doute une connaissance qui a vécu cette situation. Assurez-vous de ne pas être la victime de fraudeurs de ce type. La seule option que vous avez lorsqu’un pseudo-entrepreneur prend le large avec votre argent est de contacter la RBQ pour porter plainte et la Sureté du Québec pour dénoncer la fraude.

2. Vérifiez les certificats de compétence des ouvriers

Tous les chantiers commerciaux, les projets locatifs, constructions neuves et agrandissement sont assujettis aux règlements de la Commission de la Construction du Québec (CCQ) et requièrent une main-d’œuvre qui détient un certificat de compétence pour chaque métier nécessaire à la réalisation des travaux. Vous pouvez demander à l’ouvrier de voir son certificat de compétence (ce que nous appelons les cartes) avant et pendant les travaux. La CCQ oblige chaque ouvrier à l’avoir en poche.

D’ailleurs, étant donné le nombre limité d’inspecteurs de la CCQ (aux alentours de 400), pour près de 39 000 mises en chantier en 2016, il n’est pas rare que les entrepreneurs généraux, même lorsqu’ils sont accrédités, embauchent des travailleurs autonomes qui n’ont pas leur carte de compétence. Soyez vigilants et demandez des preuves. Si votre entrepreneur est réticent à la transparence exigée, posez-vous des questions.

3. Vérifiez que l’assurance-responsabilité de votre entrepreneur général ou spécialisé soit suffisante pour couvrir l’ensemble de votre projet en cas de sinistre.

Imaginez un instant que l’entrepreneur que vous avez mandaté n’ait pas assuré suffisamment vos travaux pour couvrir l’entièreté de la valeur, ce serait une très mauvaise nouvelle s’il lui arrivait une malchance.

Par exemple, si les travaux d’électricité ne sont pas réalisés par un maître-électricien, votre assureur pourrait ne pas couvrir un potentiel incendie de nature électrique dans votre demeure. Il faut y réfléchir. Voyez ici les recommandations de Protégez-Vous en ce qui concerne votre police d’assurance lors de rénovations.

4. Faites affaire avec des entrepreneurs recommandés par des organisations comme l’APCHQ et CAA-Habitation

Certaines organisations comme l’APCHQ (Réno-Maître) et CAA Habitation contrôlent les points 1 et 3 mentionnés plus haut pour tous les entrepreneurs qu’elles accréditent et facturent à ceux-ci un montant annuel fixe raisonnable afin qu’ils puissent apparaître parmi les entreprises recommandées. Puisqu’une partie du travail de vérification est déjà réalisée par ces associations, vous n’avez pas à vous en charger. Vous pouvez ainsi mettre vos énergies sur d’autres aspects de votre projet. En revanche, d’autres plateformes factureront à l’entrepreneur plus de 15 % de la somme pour vous le recommander.

Même si les promoteurs de ces outils ne s’en vantent pas, ils sont au courant que les entrepreneurs en construction auront la tâche ingrate d’ajouter 15 % à la facture des travaux pour couvrir la part exagérée qu’ils se donnent pour référence. Si vous trouvez le prix exagéré, il se peut que ce soit parce que l’entrepreneur est dans l’obligation de verser une ristourne à celui qui le réfère. Demandez à votre entrepreneur des clarifications et plus de transparence sur sa méthode de facturation.

Soyez vigilants quant à cet aspect, vu l’importance de l’investissement que vous faites. Portez une attention particulière à la manière dont votre entrepreneur se paie, s’il embauche de la main-d’œuvre qualifiée et conforme aux règles.

5. Faites un essai sur un projet de plus petite envergure

Puisqu’aucun organisme d’accréditation des entrepreneurs ne contrôle vraiment la qualité des travaux exécutés sur le chantier, nous vous recommandons de faire un essai avec l’entrepreneur au préalable, avant de lui accorder un travail de grande envergure. Vous connaîtrez ainsi :

  • Son processus de gestion des contrats et sa compétence administrative
  • Ses mesures de préparation et de protection de l’espace de travail et la tenue du chantier durant les travaux
  • Le niveau de précision et la qualité des travaux, ainsi que le respect des délais et des budgets sur lesquels vous vous êtes entendus.

À l’aide de ces cinq vérifications, vous serez en mesure de dénicher un entrepreneur général ou spécialisé qui correspond à vos valeurs et vos attentes. Un entrepreneur qui saura mener votre projet à terme, et ce, en toute quiétude et en toute confiance.

EN RÉSUMÉ

  • Vérifiez les licences de l’entrepreneur
  • Vérifiez les qualifications de la main-d’œuvre
  • Assurez-vous que l’entrepreneur ait une police d’assurance suffisante pour couvrir l’ensemble des travaux
  • Faites affaire avec des entrepreneurs accrédités
  • Faites un essai sur un petit projet avant de donner vos clés pour un projet de plus grande envergure.

Contactez-nous par courriel pour obtenir votre liste de vérifications.

Habitation Plani-Conseil

Entrepreneur général certifié Réno-Maître par l’APCHQ et recommandé par CAA Habitation

Voyez nos accréditations